mardi 18 février 2020



 Un conteur, une conteuse qui se prends pour son histoire la congestionne.
Qu'est ce qui est merveilleux?  ce n'est pas l'histoire,c'est l'émerveillement.
Avoir un coeur vibrant et libre c'est ne pas avoir d'histoire.
une histoire c'est action, beauté.
une histoire est nécessaire pour trouver le silence.
écoute ta peur, sois heureux d'être dans ce monde dangereux, c'est un frisson, une caresse invisible,une nouvelle amante.
Lâche prise et quelque chose arrive.
Le ressentie est une compression, une oppression,un inconfort.
La paix intérieure c'est chercher l'inconfort.






" La tradition orale est un moyen de connaissance, un des plus merveilleux, il a mauvaise réputation: il trouve sa source sur la route, les conteurs sont des vagabonds qui nagent dans les eaux profondes de l'inconnu social...... Ce qui vibre dans les contes c'est l'or pur des légendes aussi bien que le souffle monstre du forgeron... Ce qu'il contient aussi c'est l'art de rêver : nous ne sommes pas ce que nous mangeons, ni ce que nous pensons, nous sommes ce que nous rêvons. Le conte est un outil de rédemption. Ce que le conteur préserve c'est la source fraîche de la connaissance direct, formée de mille courants à l'état sauvage. Ce qui compte c'est de retrouver le courant souterrain d'un esprit en accord avec sa chair. Sous l'extravagance, il y a cette réalité grave, cette ultime terrain de jeu, cette expérience stupéfiante de l'instant."  Myriam Pellicane 

samedi 31 août 2019

La rentrée 2019

Le mois d'octobre s'est passé au Québec, en forêt, chez Luc Malenfant et au Festival des Grandes Gueules à Trois Pistoles pour la création "Les Gardiennes" Myriam Pellicane et Didier Kowarsky. Il y a eu aussi la création "Intruses" Myriam Pellicane et Julie Boitte, des impromptus, une Vieille Licorne, des rencontres artistiques, des rencontres, et la création d'un tour de conte "Royaumes Déchus" un solo de Myriam Pellicane. Novembre : Myriam Pellicane a joué "Vagabonde" dans deux chapelles du Nord pas de Calais pour le Festival Conteuses en campagne et "Hyène" pour le Festival Sang d'Encre dans les médiathèques..

mercredi 7 août 2019

Les mythes sont l'héritage naturel des êtres sensibles. Nous sommes des capitaines pirates, des marcheuses, la poussière des chemins et le noir de l'ineffable sont nos habits. Notre art est non-identifiable, délicat, élégiaque... GUYANE 2019

dimanche 13 janvier 2019



Myriam Pellicane conteuse : Petite, elle est algérienne. Son terrain de jeux favori : les maisons bombardées, les ports engloutis, les cimetières, le silence du Hoggar, les Fantazias.
Ses partenaires : une armée de gosses et toutes les bêtes sauvages.
Adolescente, elle devient française, son terrain de jeu favori : la ville, les lieux interdits, les Sex Pistols, la boxe thaï, la scène.

Ses partenaires : une bande de punks, quelques singuliers, des aristos, des goths, des magiciens de tous poils, des exclus.
Aujourd’hui directrice de la compagnie Izidoria, Myriam Pellicane au gré des rencontres et des créations, cherche ce qui pourrait s’appeler aujourd’hui : la geste de la conteuse.
Goulue d’anthropologie sorcière et de mythes, performeuse de la parole, elle rassemble en scène les pratiques populaires et les rituels émergents pour bousculer les manières, pour donner à tous les publics la sensation plutôt que la compréhension.
Kung-Fu, mangas, musique trad, innovantes, improvisées, rock, hip hop, électro, voix, sons organiques, elle s’entoure de spécialistes pour pratiquer le Abracadabra, pour réinventer des formes, aller tout au fond, invoquer, approcher l’autre, dépecer les histoires mémorables pour leur donner un nouveau souffle, une nouvelle énergie.
Myriam Pellicane est une conteuse qui plait à tous les publics audacieux : elle surprend par la grande singularité de sa personnalité et de son univers.





Les êtres sont poussés par leurs destinée. Il ne faudrait jamais les juger ni s'étonner de leurs actes qui s'expliquent d'une façon si lumineuse quand cette destinée est accomplie.

mercredi 7 novembre 2018

Ma Subversion des contes.
Raconter des histoires est pour moi une affaire qui a commencé en secret.
J'ai toujours préféré le conte aux autres genres, mon intuition est enracinée sans remède à l'oralité primitive. Il y a des mots qui ouvrent l'espace jusqu'à toucher l'effroi, d'autres qui m'ont sauvé la vie, d'autres qui ont opéré comme des sentinelles pour sonder les limites de la perception. 

Tout dépend comment on les fait sonner. C'est un terrain de chasse qui nous emporte plus loin que l'interprétation sociale du monde.
J'y trouve la nuit des temps, j'y pratique l'outrage à la raison, c'est un feu croisé entre tension et silence où je trouve ma sincérité.                                              

Myriam Pellicane

lundi 29 mai 2017



Goulue d'anthropologie sorcière et de mythes, performeuse de la parole, Myriam Pellicane assemble dans son jeu, danse et geste vocal, dinguerie et maitrise pour revisiter le conte merveilleux en mêlant l'humour décalé et le frisson fantastique.



VAGABONDE 

à partir de 11 ans

La Pellicane nous emmène sur les chemins imprévisibles de la tradition orale, elle retrouve la vibration des contes à travers les sons et les espaces qui les habitent.

Elle fait surgir silences, poésies, incantations, extravagances, c'est une langue geste, 
une danse qui s'exprime depuis la source, à nu..