2020 M.Pellicane accompagne à la création

Ô JANIS !

Dans les années 60, Janis Joplin fait une entrée  fracassante dans le panthéon du rock et bouscule les normes. Comète flamboyante, la chanteuse blanche à la voix noire marque son époque et devient une légende à 27 ans.
Chanteuse rock et conteuse, Hélène Palardy partage l'histoire et le lien qu'elle a tissé  avec Janis Joplin depuis de nombreuses années. En s'accompagnant à la guitare, elle donne à ce biopic chanté, intime et décalé, une énergie de concert. 
L'occasion de révéler les nombreuses voies que Janis Joplin a ouvertes aux femmes  et de rappeler ce que son époque dit de la nôtre.
Tout public à partir de 14 ans.
Conception, texte, chant et musique : Hélène Palardy et Janis Joplin.
Écritures orale et vocale : Myriam Pellicane
Arrangements musicaux : Hélène Palardy et Marc Savev

Avant première pour Dire à Oléron, rassemblement Sistas:

Production : La Compagnie des 3 Pas,
Co-productions et soutiens : le Nombril du Monde à Pougne-Hérisson, la Maison du Conte de Chevilly-Larue, le Centre des Arts du Récit en Isère,  l'Union Régionale des Foyers Ruraux du Poitou-Charentes, les Foyers Ruraux de Haute-Marne, Chiny cité des contes.

 





Écriture et narration : Marion Minotti
Durée 60 min
Âge à partir de 12 ans 


Soutien et aide à la création:
la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne -
Les Dimanches du contes de Bruxelles -
 

Myriam Pellicane regard extérieur -
Catherine Pierloz conseils avisés à l'écriture -
Aline Fernande écoutilles des fond marins


Les nuits de nouvelle lune, en bord de mer et à marée basse, des femmes oiseaux prennent leur envol. Elles planent au-dessus du sable mouillé à la recherche de coquillages. Des avortons se cachent à l'intérieur. Ils crient et tendent leurs bras vers le ciel. Les femmes oiseaux les attrapent dans leurs serres. Elles volent à l'intérieur des terres au-dessus des maisons et les déposent dans le rêve d'une femme. « De cet enfant que ferons-nous ? » demande le chant.

Compagnie Brode Fata – 3 Rue de Beauvernois, 71270 Mouthier en Bresse – 


 
Lison ne voulait pas d'enfant. Elle s'était bien renseignée auprès de Marguerite et pensait avoir la maîtrise de son corps. Jeannette avait un mari très porté sur la sexualité et deux enfants. C'était bien assez. Monique avait imaginé que si elle tombait enceinte, elle irait accoucher dans une forêt vierge, comme ça, pas de traces.

Dans les contes et les chants traditionnels, les avortements ricochent pour ne laisser que des ronds dans l'eau. Entre les plissures des ondes, les témoignages et le merveilleux se reflètent. Les blanchisseuses battent le linge et font disparaître les tâches témoin. La nuit les lavandières deviennent fées, fade, fata, destin. Elles viennent d'un monde qui n'est ni la vie, ni la mort. Elles relient les mondes. La conteuse, elle, coud au fil rouge ces récits disséminés en quête d'un héritage oublié.

A travers cette création, je brode cet héritage à partir de motifs trouvés dans le corpus de la tradition orale et autour des rencontres et récits de femmes ayant avorté. J'y vois une reconstitution d'un sujet tabou et morcelé. Ce projet s'inscrit dans le désir de trouver des appuis sur le temps cyclique plutôt qu'historique. L'ambition de l'écriture est celle de réactualiser l'avortement au regard d'un temps mythologique, rituel et initiatique. Traverser l'expérience qu'est l'avortement dans toute sa dimension. Celle où la question de vie et de mort est intrinsèque à ce choix. Il y a là quelque chose de l'ineffable. Un nœud qui doit pouvoir trouver sa place sans remettre en question le droit de chacune à disposer de son corps.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire