Les Singes Hurleurs : la team des 11 jeunes de Guyane


    
[CAMOPI-MUTTERSHOLTZ]
Lénaïc Eberlin est conteur il habite à  Muttersholtz, un petit village en Alsace, connu pour sa biodiversité... après un voyage à Camopi, village de Guyane jumelé avec Muttersholtz, où il a rencontré 11 jeunes collégiens Teko "Les Singes Hurleurs" il a organisé et imaginé de créer un spectacle avec eux, dans la forêt Alsacienne.
Myriam Pellicane, est invitée pour la co-réalisation de ce spectacle où les jeunes teko, racontent leurs mythes, leur vie, leur révolte. Ils chantent aussi, dansent et nous donnent à faire l'expérience de leurs connaissance époustouflante. Leurs spectacle témoignent de leurs incroyable vitalité malgré les conditions rudes face aux mépris incessants des autochtones et de leurs droits.
Arrivé en forêt de Muttersholtz, les Singes Hurleurs découvrent leur nouveau terrain de jeu. Alors que Paris les a laissé totalement indifférents, dans le Ried ils sont chez eux, dans leur élément et se ressourcent durant deux semaines pour la création esquissée cet hiver à Camopi. Un séjour qui a donné naissance à un spectacle inédit en France : une plongée au coeur des mythes amazoniens pendant le Festival de l’Avide Jardin spécial Guyane où ils ont joué le 2 et 3 septembre à 16H pour un public comblé.

"à t'écouter chanter, j'ai compris l'autre soir que ma langue n'avait plus la simplicité de parler avec le monde à voix haute. Même quand tu te tais, il y a autour de ta parole ce grésillement du contact, d'une mutuelle attention."
" En t'écoutant, j'ai l'impression de voir germer les contes à l'oeil nu. La langue dans laquelle tu me plonges est bien plus vaste que l'homme, un verbe palpitant et contagieux dont je pressens qu'il fut aussi le nôtre, avant l'invention de l'écriture.
Ici les mots trottent encore en liberté, comme s'ils venaient à peine de surgir, ou que leur sens en mutation, leur vibration diffuse n'appartenaient pas seulement à l'homme mais à tout ce qui l'entoure." Anne Sibran l'Enfance d'un chaman
11 ados mythiques, joyaux de la terre, du ciel de la forêt et des rivières... leçons perpétuelles de liberté. Ici la scéno du spectacle : deux voitures de la décharge où ils construit leurs univers. Résistance, honneur, respect.


Lénaïc Eberlin Cie Bardaf


Les jeunes Teko-Makan portent l'espoir pour tous les peuples premiers de la planète.
"A tous les puissants qui se mettent à table pour boire notre sang et celui de Lapis (la terre) .. A tous ceux qui nous agressent et nous écrasent avec leur projet de la Montagne d'or pour s'enrichir encore et encore : ça suffit! non, non, non à la Montagne d'or, c'est hors de question qu'on détruise mon corps, trouve d'autres solutions, sauve moi de la mort!"

WAKAMAN

Sileive, la fille tamanoire, alias TAMADOUA.... Trycia, le moustique, alias Nassiion.... Appoline la Lionne et Muriella, la tortue Makan, TOUKOUM

11 jeunes Teko et leurs discours final de revendication.

Toucan ( Dimi Paul)l'éclaireur, le tambour des Singes hurleurs, et le boss ( Ricardo) " Nous sommes des Teko Makan, on ne veut pas de la Guyane sans nous!"


Le duo de conte de la femme Tapir.
Kaï la fille macaque, Makan (guerrière) jusqu'au coeur et Wakaman ( son ange gardien : le caïman)


"Tamadoua, la jeune fille Tamanoire, Alias Sileive. Je n'oublierai pas cette jeune guerrière Teko-Makan qui vit loin là bas dans la forêt de Guyane.... je n'oublierai pas sa peine, sa révolte. Elle a raconté toute seule le conte du terrible Anacunda qu'elle connait de sa grand mère, avec un plaisir rare. Elle m'a malmené, tapé, elle était en même temps ma petite soeur, elle m'a appris tant de choses! la voici pendant le spectacle, sans peur, vêtu du costume de la "Sousouri" la Chauve-Souris mythique qui a survécu dans les poubelles et qui pour moi représente un des derniers pied de nez au projet insupportable de la Montagne d'Or." Myriam Pellicane




"DITES MOI QUI VEUT ME TUER?
POURQUOI VEULENT-ILS ME TUER?
ILS VEULENT PRENDRE NOTRE TERRE
POURQUOI VEULENT ILS PRENDRE NOTRE TERRE?"
Mouro, Arara le jeune guerrier poète Teko-Wayâpi


Amitiés, Wakaman et Trycia

Zawa Pinim, Jaguar!

La tortue makan : Toukoum


Il est rare de voir au théâtre un adolescent s’exprimer avec autant de grâce sur la question du suicide des jeunes aujourd’hui.. ici Arara parle des suicides en Guyane, les jeunes autochtones se suicident en masse et quand ceux avec qui nous travaillons en parle en scène , ce sont leurs frères, leurs sœurs, leurs pères....


"je suis le guerrier légendaire des Teko Makan, je suis Temsi Pelala, je chevauche les Caïmans!"
Ricardo alias le boss, le clown, un jeune teko lucide, il dessine, danse et raconte la Guyane, extravagances et gravité se mêlent dans son jeu, avec des moments où il grimpe en haut des arbres pour parler avec les étoiles..


Kaii, la fille macak, attention à son cri! Le petit couteau est un outil du quotidien pour les teko, les filles savent comme les garçons allumer un feu sans briquet, tisser les paniers-couleuvres extensibles comme les nids des oiseaux, fabriquer un arc et des flèches, viser comme personne, grimper au sommet des arbres comme les singes et courir aussi vite que le jaguar en pleine forêt..

Apoline, la jeune guerrière teko, en répétition.

Tricya alias le moustique de Cayenne...faudrait qu’on laisse les filles de 15 ans faire ce qu’elles veulent : elle veut faire des études, monter son restaurant et pas faire des enfants tout de suite ! un témoignage qu'elle nous laisse sur le tableau de la salle de répétitions :




"Nous avons des yeux qui voient le monde invisible" Wakaman en répétition

"arrête de mourir comme ça, sinon je vais être triste. Il faut être fort pour aimer notre terre, il faut être fort pour entrer dans nos rêves" Arara et Wakaman nous parle du guerrier légendaire Temsi Pelala
Rencontre des amérindiens et des alsaciens, séance de dédicace
Mouro alias Arara le Perroquet

Mouro est un jeune collégien, dans les Singes Hurleurs, il est le Perroquet, Arara. Il est Teko et Wayâpi. Là bas, dans la forêt de Guyane il vit avec son ami, le perroquet. Il parle Teko avec son perroquet. Quand Mouro se promène, son perroquet vole au dessus des arbres et lui raconte ce qu'il voit du monde. Quand on a la chance de côtoyer ce jeune guerrier, on est très impressionné, c'est comme être en présence d'un prophète ou d'un vieux sage ou d'un bouddha enfant... Sa douceur est indescriptible, sa résilience n'a pas de limite, c'est un grand chef.
" C'est ma grand mèr qui m'a grandi, aujourd'hui elle est trop vieux, quoi qu'il a rive à ma grand mèr, je mourai, je serais tout seul! Je m'appelle Perroquet, avec mes plumes je vais faire un grand tourbillon, je suis le roi de la jungle, attention ! ne tuez pas les animaux, si tu les tue je vais détruire vos maisons avec un grand tourbillon"

Arara en scène
Myriam Pellicane, Capitaine Tatou (accueil des jeunes à la Maison de la Nature) et Odile Kerckaert



Un jeune Teko-Makan, tellement haut dans les arbres de la forêt de Muttersholtz qu’on arrive à peine à le voir..





La descente de l’arbre : comme un singe, le jeune guerrier tourne autour de l’arbre. « arrêtez de traverser les océans pour saccager notre forêt-Dakan et non non non à la montagne d’or, or de question de détruire mon corps, trouve d'autres solutions, sauve moi de la mort »




Dans les rêves des jeunes Teko-Makan, une voix se fait entendre :
"un grand guerrier légendaire est de retour parmi nous, il vient pour nous mettre en garde, nous prévenir de grands dangers, il va falloir qu'on se batte, qu'on soit fort, pour sauver notre corps et aimer notre terre"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire